Violences et religions (UniGe)

Le cours gratuit « Violences et religions » est publié sur Coursera ! Il porte comme sous-titre « Analyse du discours religieux dans l’espace euro-méditerranéen » et se présente sous la forme d’environ 60 séquences d’une dizaine de minutes, confiées à 25 spécialistes qui abordent des questions comme la violence dans les textes sacrés (Bible et Coran), le discours sur la violence dans l’histoire du christianisme et dans celle de l’islam. Ce cours vous entraînera au Moyen Age, à l’époque moderne, au 20e siècle, et vous introduira à des thématiques comme la violence dans la christianisation de l’Europe et dans l’islamisation de la Méditerranée, le combat pour la liberté de conscience dans l’Europe moderne et dans l’islam contemporain, la dimension religieuse du conflit israélo-arabe, les défis d’aujourd’hui.

Six semaines de cours, dont la première est déjà disponible à cette adresse.

Regardez la bande-annonce (10 heures d’enseignements présentés en 2 minutes) et la table des matières générale du cours.

Toutes les séquences sont sous-titrées en français et en arabe (quelques-uns ont été enregistrées en arabe, mais la grande majorité sont en français).

Laïcité et fête de la musique

La laïcité, c’est comme la fête de la musique

Pendant la fête de la musique, la liberté de choix est garantie. On peut forger son opinion sur tel groupe, tel genre, tel répertoire. On peut assister à un concert plutôt qu’à un autre. On n’est pas obligé d’écouter un concert. Si on est dans le public, on n’est pas tenu de rester ; on est libre de partir.

Genève permet la coexistence de toutes ces musiciennes et de tous ces musiciens. La Fête de la musique leur offre l’occasion de se faire entendre, de communiquer, de s’écouter. La Fête de la musique n’est pas un groupe parmi d’autre, elle est ce qui rend possible leur coexistence.

De même, « la laïcité n’est pas une option spirituelle parmi d’autres, elle est ce qui rend possible leur coexistence » (Régis Debray, 2003). Comme la musique, la laïcité est l’affaire de tous !

Liberté de croyance

6e Rassemblement pour les Droits humains : Liberté de croyance

Tolérance, respect et cohabitation dans une société laïque

Ce Rassemblement a été créé par le Conseil d’Etat genevois dans le but de contribuer au renom de Genève comme capitale mondiale des droits humains.

La très intéressante rencontre du 6 octobre 2008 (il y a maintenant 10 ans) au Centre de Conférences de Varembé abordait « une thématique controversée de la plus haute importance », selon l’introduction de Monsieur Laurent Moutinot, Président du Conseil d’Etat.

Aux pages 59-73, on trouvera le débat sous le titre « L’enseignement de la religion ou de l’Histoire des religions à l’école« .

Parmi les interventions, on retiendra celles de Charles Beer, Karel Bosko, Vesca Olsommer, Patrick Schmied et Tristan Zimmermann.

« Laïcité à la française » ?

Nous venons de recevoir la  synthèse du rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité de France. Cette « laïcité à la française » pourrait inspirer notre action à Genève. On remarque en effet que le fait religieux est bien intégré dans cette approche française (voir en particulier les p. 5-7).

La mention spéciale « éducation populaire » 2017 a été attribuée à la Ligue de l’enseignement de Gironde pour son jeu intitulé « La ligue laïque ». La ligue de l’enseignement de Gironde a sensibilisé plus de 600 jeunes à travers son jeu «La ligue laïque ».
Il s’agit d’un jeu d’équipe, qui se déroule en l’an 2115 lorsqu’une panne informatique géante détruit tous les textes de lois conservés informatiquement. Chaque équipe qui se voit attribuer un personnage (un « super-héros ») doit alors reconstituer les documents sur la laïcité à l’aide d’une machine à remonter le temps. Les jeunes doivent ainsi partir sur les traces de la laïcité à l’aide des rares documents qui ont pu être conservés. Ce jeu, ludique et bien pensé permet de faire comprendre aux jeunes quels sont les fondements et la richesse de la laïcité. (p.22)

 

Formation continue des enseignants

Dès sa création en 2002, le Groupe citoyen a été associé, par l’un de ses membres, à l’élaboration des cours de formation continue pour les enseignants sur le thème du fait religieux (qui avaient commencé en 1989 déjà).

Voici la liste des séminaires de formation continue des enseignants du secondaire du DIP de 1989 à 2019 :

séminaires pluridisciplinaires avec une dimension religieuse

Loi sur la Laïcité de l’État : c’est oui !

Le Grand Conseil a accepté jeudi 26 avril 2018 la Loi sur la Laïcité de l’État (63 oui, 25 non et 3 abstentions)

L’article 12 stipule que « Dans le cadre de la scolarité obligatoire au sein de l’école publique (…), il est dispensé l’enseignement du fait religieux dans sa diversité. »

L’accent mis sur le fait religieux

Article paru dans Le Courrier (26.04.2018) : L’accent mis sur le fait religieux

Comme le temps passe

… et voici le rapport de nos activités en 2017 !

Citoyens

« Le citoyen est la personne qui, dans la tradition et l’esprit des Lumières, prend une part active, sous sa propre responsabilité, à la chose publique et contribue à la façonner.
Historiquement, la notion de citoyenneté repose sur les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.
Des écriteaux portant l’inscription
Ici on s’honore du titre de citoyen
étaient affichés dans les lieux publics pendant la Révolution française. »  (Pascale Steiner)

L’enseignement du fait religieux dans la Loi sur la laïcité de l’Etat

Notre président, Patrick Schmied, était l’invité de la Tribune de Genève le 22 mars 2018. Il résume bien l’avis du Groupe citoyen.

Fait religieux à l’école, une source de paix