Le même et le différent : réflexions sur les faits religieux et leur enseignement à l’école primaire

En décembre 2011, la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation a invité les formatrices et formateurs de terrain et du module EAT à la deuxième journée de coformation, sur la thématique suivante :

Le même et le différent, réflexions sur les faits religieux et leur enseignement à l’école primaire.

  • Walo Hutmacher, sociologue, ancien directeur du SRED : Le fait et les faits religieux : une approche socio-anthropologique
  • Roland Benz, théologien et ancien professeur de physique au Collège de Genève : Vivre ensemble : le droit de connaître, le goût de connaître, la place de se positionner
  • Marie-Jeanne Nerfin, libraire et formatrice, coordinatrice du Groupe citoyen : « Oui, mais comment ? » : exemples concrets (parler des fêtes en classe ; Ethnopoly ; Noël à Compesières

Voici le programme de cette journée.

Rapport sur la laïcité 2014 : réponse du Groupe citoyen à la consultation

Après 9 mois de travaux, par l’intermédiaire de son président Monsieur Jean-Noël Cuénod, le Groupe de travail sur la laïcité a rendu son rapport au Conseil d’Etat qui en a pris acte dans sa séance du 5 novembre 2014.

Une consultation a été ouverte en novembre 2014 par le Département de la Sécurité et et de l’Economie auprès d’un certain nombre d’entités. Le Groupe citoyen a été sollicité ; voici sa réponse

Religions à l’épreuve de l’école laïque

Le 5 novembre 2013, le Groupe citoyen « Culture religieuse et humaniste à l’école laïque » a organisé une rencontre avec trois orateurs, venant des monothéismes, qui ont explicité leur position face aux exigences de l’école laïque. Occasion de rappeler comment Genève et la France définissent officiellement la laïcité.

Vivre ensemble dans notre canton multiculturel requiert une approche empathique, paisible et neutre.

Les orateurs :

Khaled Rumo, écrivain et poète, spécialiste du dialogue islamo-chrétien, Paris

Jacques Ehrenfreud, historien, professeur ordinaire à l’Université de Lausanne

Jacques Ehrenfreund

Ghislain Waterlot, directeur de l’IRSE et professeur associé en éthique et philosophie à la Faculté de théologie de Genève

Introduction : La laïcité à Genève et en France voisine. Rappel historique par Walo Hutmacher, professeur émérite de l’Université de Genève et Olivier Cosma, professeur agrégé de l’Université de Savoie

Olivier Cosma et Walo Hutmacher

Ouverture par Pierre-Alain Tschudi, conseiller administratif de la Ville de Meyrin

M. Pierre-Alain Tschudi, Conseiller administratif

Accueil par Patrick Schmied, président du Groupe citoyen

Le président

Reprenons depuis le début…

Le DIP explore la question. 1994-1998

Walo Hutmacher, alors directeur du SRED (Service de recherche en éducation), a été chargé en 1994 par le DIP de constituer un « Groupe de travail exploratoire sur la culture judéo-chrétienne à l’école ». Au terme de quatre années de travail, ce groupe a rendu un rapport en 1998 (publié comme Cahier No 4 du SRED en mars 1999). Cet ouvrage fournit des éléments historiques, contribue à la clarification des termes (religion, laïcité, etc.), procède à des constats, dresse une liste des questions ouvertes et propose des recommandations. (Parmi lesquelles celle de la création d’un dispositif permanent sur le sujet « en vue de construire progressivement une mémoire des règles et des normes dans ce domaine »).

Une action citoyenne. 2002

Le groupe citoyen « Culture religieuse et humaniste à l’école laïque » (dont la raison sociale indique bien la préoccupation dans le choix de chacun de ses termes) s’est progressivement constitué dès 2002. Ses membres proviennent d’horizons convictionnels divers (athées, agnostiques, croyants de diverses origines, personnes en recherche, etc.) Leur dénominateur commun est le suivant: considérant que la culture religieuse et humaniste n’a pas encore la place qui doit lui revenir dans l’enseignement public genevois, ils agissent afin que l’autorité concernée comble cette lacune. Pour expliciter l’alerte qu’il considère devoir lancer, le groupe a rédigé en 2004 une Déclaration publique.

Une motion au Grand Conseil. 1996

Le groupe a pris le relais de la démarche initiée par la motion parlementaire déposée par les Verts en 1996 « concernant l’introduction de cours sur l’histoire des religions pour les élèves du canton » (remarquons que l’une des signataires de cette motion, Vesca Olsommer, fait partie de notre groupe). Il a ainsi été associé au processus démocratique qui a accompagné le débat sur cette motion. Il a été auditionné en son temps par la commission de l’enseignement du Grand Conseil.

La réponse du Conseil d’État. 2006

Le Conseil d’État a répondu à la motion de 1996 au Grand Conseil du 22 septembre 2006. ( Ce délai montre bien que la motion abordait un sujet sensible). De cette réponse nous retenons quelques lignes de la conclusion :

« Au vu des éléments qui précèdent, le Conseil d’État estime essentiel que l’enseignement du fait religieux soit mieux pris en compte dans les écoles publiques genevoises. »

Le département de l’instruction publique est dès lors chargé des tâches suivantes :

  • Encourager les enseignants à traiter du fait religieux dans le respect de la laïcité.
  • Renforcer les offres de formation initiale et continue.
  • Veiller à la cohérence de cet enseignement avec les plans d’études.
  • Poursuivre le débat avec des représentants de la société civile.

Le groupe citoyen considère que dans la foulée de son intuition initiale, il est de sa tâche de veiller de façon bienveillante et critique à la réalisation de ces objectifs.

Plan d’études romand (PER). 2010

Ayant participé à la consultation lancée par le DIP en 2009 sur le projet de PER, le groupe citoyen se réfère en particulier au Préambule de ce document. La Présidente de la CIIP , Elisabeth Baume-Schneider, y invite tout un chacun à s’intéresser à ce Plan d’études comme projet de formation et déroulement de la scolarité. Le PER constituant également un repère utile pour les partenaires de l »école, (…) »

Pour les élèves du Cycle d’orientation. Les Grands textes. 2011

Les élèves du Cycle d’orientation disposent depuis 2011 des documents intitulés « Grands textes » qui sont une réponse à la motion des Verts de 1996. Remarquons le fait suivant : c’est une innovation à Genève de permettre aux élèves d’accéder à des textes (religieux et philosophiques) dont voici quelques exemples : judaïsme (le Décalogue), christianisme (Le Sermon sur la montagne), islam (l’aumône ). Notons aussi une réflexion sur « Les écoles comme lieux de transmission du lien social » par la comparaison deux institutions scolaires contemporaines : l’éducation aztèque et l’école de Calvin dans la Genève de Calvin au XVIe s.

Il était prévu une évaluation de ces programmes en 2016.

Différence entre la situation genevoise et la situation française

Un colloque interdisciplinaire a été organisé en juin 2007 par l’Université de Genève :

Un siècle de séparation des Eglises et de l’Etat à Genève

Le 30 juin 1907 marque un tournant dans l’histoire de Genève puisqu’en votant (fût-ce à une courte majorité) la suppression du budget des cultes, les électeurs consacrent dans la ville de Calvin la séparation des Eglises et de l’Etat. Un siècle plus tard, comment analyse-t-on cette transformation politique et son contexte proche ou lointain ? Comment mesure-t-on, par rapport à la situation d’autres cantons suisses ou à celle de la Frace, la spécificité de cette laïcité genevoise ?

Après ce colloque, un ouvrage est paru sous le titre L’Etat sans confession. Il a pour but d’examiner la laïcité à Genève (1907) et dans les contextes suisse et français. En voici le résumé.

Rapport d’activité 2015

Groupe citoyen « Culture religieuse et humaniste à l’école laïque »

Rapport d’activités 2015
www.ecolelaique-religions.org

Introduction. Comme nous sommes actifs depuis 2002, les sujets que nous abordons sont familiers à certains de nos lecteurs et pas à d’autres. Pour éviter les redites et néanmoins faciliter la compréhension de tous, nous indiquons d’une (*) les sujets accessibles sur la page d’accueil de notre site soit directement soit par le lexique. (*)

Nos objectifs. Nous agissons pour que la culture religieuse et humaniste ait la place qui lui revient dans l’enseignement public laïc à Genève. (*) Nous continuons à entretenir dans la société civile l’intérêt pour cet objectif reconnu comme important par le Conseil d’État dans sa déclaration au Grand Conseil du 22 septembre 2006. (*) Il est conforme au Plan d’études romand. (2010) (*)

Les problèmes. Il est bien connu que des termes tels que « culture », « religion » et « humanisme » font partie de la catégorie des « questions sensibles ». Préférer évacuer ces questions et rester dans un flou problématique est un risque évident car de multiples obstacles se dressent sur le chemin : préjugés, soupçons, inerties, manque de temps, craintes, absence de formation, etc. Quant au mot laïcité, il fait lui aussi l’objet d’approches bien différentes et parfois contradictoires. Nous faisons nôtre la définition donnée dans les conclusions du Rapport Cuénod « Laïcité 2014 » faisant suite au mandat donné par le Conseil d’État (*):« La laïcité est un état d’esprit développant de façon active la tolérance et le respect de l’autre au sein de la société. La laïcité n’est pas un masque dissimulant la volonté de combattre les religions et toute croyance de nature spirituelle. » Et nous renvoyons à la belle démonstration de Marie Quenin « La laïcité, ça s’apprend ! ». (*)

2015. Des moyens limités. Notre action citoyenne en 2015 se caractérise par des moyens très limités : Une dizaine de personnes (8 rencontres), un site internet www.ecolelaique-religions.org (qui a eu plusieurs problèmes techniques), une lettre de News pour tenir le millier de correspondants au courant de l’évolution de la situation et l’appui moral d’environ trois cents sympathisants. Un don nous a permis de faire face aux dépenses courantes.

Dans un contexte tragique. Cette année restera marquée par les attentats de Paris en janvier et en novembre. Deux remarques : a) Le Ministère français de l’éducation nationale a publié sitôt après les événements de janvier le texte « Éducation : les 10 principales mesures sur la laïcité » dont on retiendra les deux mesures suivantes : L’action de formation des enseignants et l’intégration de l’enseignement laïque du fait religieux dans les programmes. b) Dans tous les débats de la presse écrite ou télévisuelle sur le sujet revient toujours la conclusion : il est important de traiter de la formation de la jeunesse et de lui donner des clefs de compréhension sur le fait religieux. On avait connu les mêmes réactions lors des tragédies de l’ordre du Temple solaire en 1994. Reste à ce que ces intentions soient suivies de mesures concrètes…

Dialogue avec le DIP. Dans la suite des relations bienveillantes et critiques que nous avions entretenues pendant la présidence de M. Ch. Beer, nous avons rencontré Mme A. Emery-Torracinta pour nourrir le dialogue et lui proposer de reprendre (sous une forme ou sous une autre) les travaux du « Groupe interdisciplinaire du DIP « Enseignement laïque et fait religieux ».(2009-2013) (*) Malheureusement la nouvelle conseillère d’État ne partage pas notre avis sur la nécessité d’un tel groupe de réflexion. Nous le regrettons et nous espérons que d’autres synergies pourront se développer.

L’arche de Noé. La polémique née lorsque une instance du DIP a renoncé à monter l’opéra de B. Britten « L’arche de Noé » montre que le sujet « laïcité » suscite encore bien quelques malentendus. Nous avons suivi attentivement la discussion publique sur le sujet et avons été réjouis de la prise de position de la présidente du DIP intitulée « Laïcité : remettons l’église au milieu du village ! » (que nous avons intégrée sur notre site). (*)

Loi sur l’instruction publique. (LIP) (*) Lors d’un échange de correspondance avec le DIP, nous avons découvert pendant l’été qu’une révision de la LIP allait être proposée au Grand Conseil en septembre. En concertation avec le CLCL (voir plus bas) nous sommes intervenus in extremis auprès des partis pour que l’amendement suivant soit ajouté à l’article 11 : L’enseignement dispensé apporte les connaissances et les outils nécessaires à la construction de ce respect réciproque. (Il s’agit donc du chapitre concernant le « Respect des convictions politiques et religieuses ») Notre démarche a suscité un débat (*) qui sera probablement repris lors du vote de la Loi sur la Laïcité de l’État en 2016. Malheureusement cet amendement n’a pas été retenu. (55 non et 31 oui). Pourtant, au vu des événements, une information raisonnée des jeunes sur les convictions politiques et religieuses ne saurait attendre !

Cercle Liberté de conscience et Laïcité. (CLCL) (*) La nouvelle Constitution genevoise (2012) mentionne (art. 3/3) que « Les autorités entretiennent des relations avec les communautés religieuses ». Le CLCL (dont font partie plusieurs membres de notre groupe) a pour but de contribuer à la réflexion générale en vue de la loi découlant de cet article. La question de la laïcité de l’État a fait précédemment l’objet d’une longue étude du Groupe de travail sur la laïcité (Rapport Cuénod) suivie d’une consultation (à laquelle nous avons répondu). (*) Le Conseil d’État a maintenant déposé le projet de loi 11470 (*) qui sera vraisemblablement discuté par le Grand Conseil en été 2016.
Lors de l’une des rencontres nous avons eu l’occasion d’entendre Mme Camille Gonzalès présenter l’ouvrage « Cartographie de la diversité religieuse à Genève ». (*)

Formation initiale et continue. Nous avons pris contact avec l’Institut universitaire de formation des enseignants (IUFE) à propos de la formation initiale. Nous ne percevons pour l’instant aucune perspective de collaboration.
Plusieurs de nos membres ont contribué à l’organisation de cours de formation continue pour les enseignants. (Genève, carrefour des cultures, Les fêtes dans les grandes religions. Aspects identitaires, culturels et anthropologiques, etc).

Documentation. Plusieurs publications qui soutiennent l’action des enseignants viennent d’être éditées. Parmi elles : «Planète religion- des clefs pour comprendre le monde » (Éditions Agora) et « Les religions et leurs pratiques en Suisse » (Éditions LEP).

Auto-formation. Nous restons attentifs à l’actualité du débat sur le sujet. Certains de nos membres ont pu- entre autres- assister à la conférence de l’ambassadeur de France René Roudaut en septembre, (La place du religieux dans la diplomatie) (*), et au colloque de la HEP de Lausanne en mai « Éthique et cultures religieuses en tension : entre respect des convictions et enseignement des sciences humaines ».

Conclusions. Promouvoir l’enseignement du fait religieux et humaniste est une tâche plus importante que jamais comme en témoigne l’actualité toujours aussi tragique. Notre action s’inscrit dans le long terme et nous espérons que l’adoption de la loi sur la laïcité de l’État ancrera de façon institutionnelle cet enseignement selon la proposition de l’article 12 du PL 11470 « Dans le cadre de la scolarité obligatoire au sein de l’école publique et dans l’esprit de l’article 11 de la loi sur l’instruction publique, du 17 septembre 2015, il est dispensé l’enseignement du fait religieux dans sa diversité. »

Genève, 22 avril 2016

Distribution : Conseil d’État : M. F. Longchamp, président ; Mme A. Emery-Torracinta, DIP ; M. P. Maudet, DSE; M. A. Castella, secr. gén. adjoint DSE. Grand Conseil : M. J.-M. Guinchard, président. Commission des Droits de l’Homme: M. P. Conne, président et membres. Partis : Président(e)s de chaque parti. Chef(fe)s de groupe. Groupe de travail sur la laïcité :  M. J.-N. Cuénod, président et membres. Cercle Liberté de conscience et laïcité : M. P. Kunz, président et membres. Association. « Valeurs et Projets » : Mme M.-J. Bachten, présidente et membres.

Ce rapport est accessible sur le site internet du Groupe citoyen.

Rapport d’activité 2014

Nous avons le plaisir de publier notre dernier rapport d’activité 2014.

Bonne lecture!

Rapport d’activité 2012-2013

Nous avons le plaisir de publier notre dernier rapport d’activité qui couvre la période 2012-2013.

Bonne lecture!

Dossier « Laïcité »

• Introduction : Laïcité, oui mais laquelle ?
• L’école entre laïcité d’abstention et laïcité d’ouverture : Paul Ricoeur
• Laïcité de l’école publique : réexaminer les modalités de sa mise en œuvre. Le rapport Hutmacher
• Laïcité d’intelligence : le rapport Debray
• Laïcité ouverte : l’exemple du Québec (Bouchard-Taylor)
• Laïcité interculturelle : l’exemple du Québec (Jean Baubérot)

Prospectus printemps 2008

Groupe citoyen

Culture religieuse et humaniste à l’école laïque

www.ecolelaique-religions.org 

 

(suite…)